Selon Alexandre Allard, les Américains voyageront du Canada en Amérique du Sud pour apprécier l’immobilier de luxe

Le promoteur français Alexandre Allard a jeté son dévolu sur l’Amérique du Sud. Il construit à l’heure actuelle le plus grand projet immobilier polyvalent de Sao Paulo, au Brésil, appelé la Cidade Matarazzo. Le complexe situé sur l’Avenue Paulista, artère principale de la ville, doit ouvrir en 2019 avec 122 suites résidentielles et incorporera l’ancien hôpital historique Matarazzo. Conçu par Jean Nouvel et Philippe Starck, le projet inclut des appartements, un centre commercial et un hôtel Rosewood 6 étoiles.

Précédemment, M. Allard a restauré le palace du Royal Monceau à Paris.

Nous l’avons rencontré pour discuter des possibilités en Amérique latine, l’importance de restaurer des sites historiques et bien plus.

Mansion Global : Décrivez la propriété de vos rêves.

Alexandre Allard : J’en ai beaucoup. Mais je dirais que la propriété de mes rêves est un petit bateau où je peux aller par moi-même n’importe où dans le monde. Je languis ces moments, l’absence des gens. Et ma présence.

MG : Avez-vous été contraint de vous séparer d’une propriété ?

AA : Oui, de deux. Elles étaient toutes les deux absolument fabuleuses. Une sur Qianmen Street en Chine, tout près de la place Tiananmen. C’était une grande maison chinoise pour laquelle j’ai obtenu le soutien de l’UNESCO. Nous y avons travaillé quatre ans, en tentant de la rénover, mais n’avons pu y parvenir. À ce moment-là, personne n’en voulait, mais c’était le lieu le plus central de Pékin, ce qui est aussi le centre du monde.

L’autre propriété était en France, l’hôtel de la Marine à Paris. Sur la Place de la Concorde. J’avais convaincu le président français de l’époque de créer un gigantesque centre de créativité. Le jour de la vente aux enchères, que j’étais persuadé de remporter, le parti de droite s’est opposé au projet. C’est l’un des lieux les plus historiques de Paris, où Napoléon a été couronné et où Marie-Antoinette a perdu la tête. Ils ne voulaient pas que l’établissement passe dans les mains de promoteurs privés. Mais j’allais faire une maison de la créativité. La France en compte beaucoup, mais Paris peut toujours être la capitale de la créativité. Demandez à tous les créateurs, Paris est la ville où il faut être. C’est pourquoi je voulais créer un espace géant destiné aux artistes et aux artisans.

MG : Que signifie le luxe pour vous ?

AA : C’est à la croisée des chemins entre haute créativité et qualité supérieure. C’est de l’art. Mais le luxe est devenu plus abordable, il a donc d’une certaine manière perdu de sa valeur. Le pire, ce sont ces hôtels 5 étoiles qui s’appellent tous « luxe ».

Twitter Ads info and privacy

MG : Quel continent pensez-vous être le plus propice aux propriétés de luxe ?

AA : L’Amérique est toujours un marché lucratif et les Américains voyageront plus du nord au sud que d’est en ouest. Nous les verrons acheter des maisons au Canada, aux Caraïbes (dans des lieux comme St Barts et Saint-Domingue) et en Amérique du Sud. Le prochain grand boom de l’immobilier se positionnera sur un axe vertical – du Groenland à Ushuaia en Argentine.

Il y a beaucoup d’opportunités de croissance en Amérique latine en matière de prix. À Sao Paulo, ville comptant 79 milliardaires, vous pouvez acheter un appartement pour le prix d’une pièce cuisine à Manhattan. La vie là-bas est exceptionnelle et les opportunités ne manquent pas.

MG : Quelle est la plus grande surprise du marché de l’immobilier de luxe aujourd’hui ?

AA : La concentration physique d’habitants. Si je veux créer, ce sont les lieux où il faut être. La Silicon Valley en Californie est un premier exemple. Ceux qui travaillent dans le monde du numérique pourraient être n’importe où, mais ils sont tous au même endroit. Il est plus valorisant de se ressembler.

C’est rassurant pour l’avenir du marché de l’immobilier de luxe. Il n’y a plus d’îles désertes et les gens se déplacent de moins en moins.

MG : Où sont les plus belles maisons luxueuses du monde et pourquoi ?

AA : Les maisons luxueuses sont des lieux chargés d’histoire et de culture.

Honnêtement, rien ne vaut une maison sur la côte italienne ou la côte française. Vous avez tout, le paysage, l’architecture et la culture qui va avec. Et tout cela vous élève.

Bien évidemment, une maison contemporaine quelque part dans le désert est tout aussi sympathique, mais in fine, il nous incombe de communier avec la nature humaine.

MG : Chez vous, quelle pièce préférez-vous ?

AA : Mon lit. C’est le seul endroit où je peux rester tranquille, ouvrir mes yeux et voir ce qui est devant moi. Si j’habite un appartement, je mets mon lit devant le salon. Si j’habite une maison, devant la mer pour apprécier la vue.  J’aime voir tout devant moi.

MG : Selon vous, quel est l’équipement le plus précieux d’une maison ?

AA : La lumière. Nous avons découvert que la lumière nous rend heureux. Vivre dans l’obscurité est déprimant. Achetez un petit appartement, mais assurez-vous qu’il est exposé plein sud.

MG : Quel est votre meilleur conseil en matière d’immobilier ?

AA : Achetez du mieux possible selon vos moyens.

MG : Quel est le meilleur endroit pour investir aujourd’hui dans l’immobilier de luxe ?

AA : Sao Paulo, et je ne parle que pour ma chapelle. En raison des prix pratiqués et de la valeur.  Nous avons probablement les meilleures opportunités en termes de qualité et le prix au pied carré s’élève à 900 $, il est même de 350 $ au pied carré dans d’autres quartiers de la ville.

MG : Si vous aviez le choix de vivre dans du neuf ou une propriété existante, que choisiriez-vous et pourquoi ?

AA : J’aime les maisons avec une âme. C’est pourquoi je cours après tous ces sites historiques dans le monde. Je crois en l’âme et en l’énergie d’un lieu. Bien sûr, il doit être exposé au sud, mais c’est bien plus que cela. Il est important de réutiliser l’espace. Les gens vont y revenir.

MG : Quelle ville a actuellement la meilleure valeur de revente ?

AA : Hong Kong et New York. Même si elles sont quelque peu sur le déclin, le prix est toujours le plus élevé.

Laisser un commentaire